Tarbes : le château Montagnan

Le château Montagnan

à Tarbes

Accueil. Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Un château à Tarbes ? Mais oui ! Le château Montagnan en face du jardin Massey. Daniel Mur (textes et photos) nous présente l’histoire singulière de ce bâtiment qui se remarque. Un grand merci aux Archives Municipales de Tarbes (à l’arsenal) qui aident avec une grande compétence pour toutes nos recherches sur l’histoire de la ville.

Vue prise en venant de la gare.

Vous avez certainement tous remarqué le bâtiment de l’ancienne direction Départementale de la Poste situé sur la place de la Liberté, caché derrière son rideau d’arbres plus que centenaires et vous vous êtes demandé ce que pouvait ce château parce qu’on dirait vraiment un château à l’origine.Il s’agit du Château Montagnan ou château de M. Montagnan. Dans la famille Montagnan, on le nommait « Le Prieuré ».


En 1835 la municipalité de Tarbes décide de construire un nouvel abattoir public convenable au nord de la ville. Il est décidé de le construire sur la prairie de M. Benquez aîné ainsi que sur celui de M. DUPAC et de la veuve BERNET, au nord de la ville et le long du chemin qui mène du cimetière Saint-Jean au jardin de M. Massey.

Les abattoirs continuent leur activité jusqu’en 1877.  Devenus trop exigus et insalubres, la municipalité décide d’en construire des nouveaux au quartier Laubadère. L’ancien nom de la rue Jubinal était d’ailleurs : « Chemin de l’Ancien Abattoir ».


Abattoirs - école de dressage

On pouvait lire encore récemment « école de dressage » sur la façade Nord.

Photos des années 1970.

Façade sud-est : un anneau pour attacher les chevaux.

Façade nord : les anciens boxes à chevaux et leurs numéros

Architecture du bâtiment

M. Barthélémy Montagnan, originaire de Hèches, l’achète en 1890 et fait construire

la façade sud que nous voyons aujourd’hui  depuis la Place de la Liberté dans un style « éclectique composite » très en vogue à la charnière 19/20e mélangeant des références néo-renaissance et médiévales avec des accents régionalistes (emploi galets roulés de l'Adour en parement de façade) cela devient « château » ou castel selon la terminologie à la mode à cette époque …

Sur le linteau, les initiales AB (pour ?). Des dates 1890-1921, et l’inscription latine « Improbo Labore Probo » : Il faut approuver le travail difficile. A noter sur ce genre de bâtiments l’excellent site architecture65.net de M. Morga.

plaqué sur l’édifice antérieur, présentant une intéressante modénature en brique.

Quelques détails :

Le Centre de Tri postal

En 1973 les P.T.T. décident d’y construire un centre de Tri postal, car près de la gare. Le bâtiment est à vendre en 2015, le centre de Tri ayant déménagé sur la zone Bastillac.

L’ancienne cour du château est alors utilisée pour les quais de transbordement du courrier.

Petit historique : Il faut dire que dans la famille MONTAGNAN on a la passion des chevaux. M. Paul-Maurice MONTAGNAN, est  président de la Société du Concours Hippique, à Tarbes en 1891 et que M. MONTAGNAN est éleveur à Tarbes (Hautes-Pyrénées), propriétaire d'un haras des plus importants, primes et récompenses en 1884. Il est également conseiller général des Hautes-Pyrénées. Paul-Maurice MONTAGNAN s’est marié avec Marie-Amélie ESTEVENET. A la mort de M. MONTAGNAN, c’est sa fille Mme MARRE qui en hérite  et qui le vend à Mr Jean Félix DUCOR  en 1920. En 1922, M. DUCOR vend le bâtiment à M. Barthélémy GACHE (fondateur de la SMF) entrepreneur de maçonnerie qui a construit entre autres la Mairie et l’Hôtel des Postes de Tarbes et qui y est mort de façon accidentelle écrasé par sa propre voiture. M. Barthélémy  GACHE décède en 1931 : ses deux filles héritent du château montagnan et le vendent en 1946 à l’Etat pour les Postes Télégraphes et Téléphones. Une partie du bâtiment est déjà louée au moment de la vente au département des Hautes-Pyrénées qui y loge les Services de l’Inspection Académique qui le quittent quelques mois plus tard.

Articles de presse :

4 mai 1973

30 janvier 1975

Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Le bâtiment est acheté par un certain M. Burguès qui en fait une école de dressage pour chevaux avec un grand manège de 1877 à 1890.

Photo prise aux alentours de 1880.

L’intérieur du château Montagnan

Ces quelques photos retrouvées de l’intérieur du château, nous montrent le raffinement des boiseries, des cheminées, des escaliers et les moulures de plafonds travaillés.