Les superbes trouvailles archéologiques de Montsérié

Montsérié

Les superbes trouvailles archéologiques

Accueil. Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Le joli petit village de Montsérié est situé entre La Barthe et Saint-Laurent-de-Neste. Tout ce côté sud de la vallée de la Neste est riche en vestiges antiques (Montoussé, Montsérié, Hautaget et Nestier notamment). Nous allons vous faire découvrir ici une partie des trouvailles de Montsérié.

A l’extrémité EST de la commune, aux limites de Bize et Hautaget, Dominique-Jean-Louis Rumeau, receveur des finances à Nestier, découvre en 1841 un sanctuaire antique près du mont Marteau. On lui avait montré des monnaies et il fit déblayer l’endroit des découvertes.

Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Voici l’environnement du site. Monsieur Rumeau va alors se constituer une collection importante des vestiges : des autels, des restes d’amphores et de poteries, des monnaies, des objets en terre cuite (dont un coq) et même un masque qu’on date aujourd’hui des IIème et IIIème siècles de notre ère.  A cette époque, les vestiges antiques intéressaient surtout les particuliers et aucun compte rendu de fouille n’a été fait.

En 1868, Monsieur Rumeau meurt. Sa collection est vendue aux enchères en 1870 et elle est donc dispersée. Des recherches ont montré que le Musée de Tarbes a acquis la part la plus importante (collection Bigorre et Quatre-Vallées). La société Ramond à Bagnères acquiert quelques autels votifs. Des collectionneurs réputés remportent aussi des lots ( MM. Cazes, Dupuy, Vaussenat, Frossard et Jubinal). De nos jours la collection Rumeau est répartie dans les collections de quatre musées : Tarbes, Bagnères-de-Bigorre, Toulouse et Saint-Bertrand-de-Comminges.

Dans le musée du marbre, au fond du vallon de Salut, on trouve une belle vitrine avec des autels provenant de Montsérié. Cette collection provient principalement d’un don de la Société Ramond. Trois proviennent d’un don d’Achille Jubinal. Ces trouvailles n’ont pas toujours été réunies au même endroit ni si bien exposées. En 1970, certains autels étaient entreposés dans une salle de débarras du musée Salies…


Il y avait un nombre important autels antiques à Montsérié mais il est difficile de savoir exactement combien (entre 64 et 200 selon les estimations). Certains étaient dédiés à Erge, d’autres à Mars et certains n’avaient aucune inscription. Sur certains, on trouve des svatiskas (croix gammées inversées). Il faut croire que l’ancienne et la nouvelle religion cohabitaient sans problèmes.

Le Musée de Bagnères

Les gens déposaient leur ex-voto au même endroit (ici au pied d’une montagne). La taille, les inscriptions et la qualité dépendaient surtout des possibilités financières de l’acheteur.

Le Masque de Montsérié

Le célèbre masque, provenant aussi de la collection Rumeau en 1870, fait partie des richesses du musée de Tarbes. Il est, hélas, exposé de manière temporaire pour l’instant (ici en été 2013).

Il est de petite taille (17 cm) et semble très fragile. Les chercheurs se sont opposés à son sujet. S’il a bien été trouvé à Montsérié, sa présence en ces lieux semble accidentelle. Il pourrait avoir été transporté d’un autre lieu et offert comme ex-voto au sanctuaire, car il est sans lien avec les divinités célébrées au temple de Montsérié.

Si sa barbe est faite avec des ondes, sa chevelure est faite en spirales. Dans les orbites étaient certainement incrustés des yeux en émail ou en pâte de verre.

De nombreuses trouvailles dorment encore aujourd’hui dans les réserves du Musée Massey. Le choix ayant été fait d’exposer les collections sur les Hussards et les peintres. Espérons qu’un jour, peut-être au quartier de l’Arsenal, un musée exposant la belle collection sur notre histoire « Bigorre et Quatre-Vallées » se réalise. En attendant, ceux qui veulent en savoir plus et voir des photos achèteront le livre « Carte archéologique de la Gaule - 65 » par Agnès Lussault - pages 195 à 204.

Signalons enfin que le site archéologique aurait pu tomber dans l’oubli sans la ténacité de Roland Coquerel qui le retrouva en 1963. Roland Coquerel étant certainement une des personnes ayant fait le plus pour l’histoire ancienne de notre département.

Le musée Massey a sorti des réserves sa collection des objets récoltés à Montsérié pour une superbe exposition du 8 février au 3 septembre 2017.