Tarbes : le parc Berrens et la pisciculture

Le parc Berrens et la pisciculture

à Tarbes

Accueil. Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Au sud du jardin Massey se trouve un petit parc appelé successivement Parc Berrens puis Parc Laurent-Tailhade. Daniel Mur (textes et photos) va nous raconter son histoire, avec bien sûr l’aide inestimable des Archives Municipales de Tarbes (à l’arsenal).

Plan de Tarbes (années 1930).

Plan de Tarbes (années 1950).

Plan de situation actuel (en 2015).

Seule trace de Berrens un immeuble situé au 34 de la Rue André Fourcade qui se nomme « Parc Berrens ».

Parmi les documents consultés aux archives municipales :

PARC BERRENS

Archives Municipales de Tarbes

Vente ou don ?

Tradition orale : Dominique Berrens, originaire de Horgues (65), ami avec le maire de

l'époque, aurait joué à la belote une parcelle de terrain lui appartenant, enclavée dans le jardin

Massey, dont il n'avait rien à faire puisque toutes ses terres étaient à Horgues. Ayant perdu à

la belote, il aurait cédé à la ville la parcelle.

La consultation des documents d'archives relatent une autre version : l'acte de vente du

10/10/1919 pour 175 000 F par Thévenot prouve que ce terrain n'a pas été offert à la ville par

la famille Berrens. Par contre, il n'est pas impossible que les Berrens aient légué à la ville la

parcelle de terrain de 10 m de long restée en indivision entre Henri et Clotilde Berrens lors du

partage entre eux du Parc Berrens mentionnée dans l'acte du 30/06/1916 devant Me Dejeanne.

Le contrôle de l'enregistrement des actes notariés coté 3Q3133 conservé aux Archives Départementales des Hautes Pyrénées, stipule que Dominique Berrens, épouse de Rosé Barbot (CM du 18/11/1813 devant Me Daléas) et domicilié 13 rue St Louis, a acquis par la succession de son fils François Théophile Berrens, célibataire, ingénieur civil, chevalier de la Légion d'Honneur, né à Tarbes le 10 avril 1816 et décédé à Tarbes le 22/12/1867, d'immeubles situés à Tarbes d'une valeur de 177 260 F. Le 3Q3133 mentionne également qu'on trouve la vente par Dominique Berrens, ancien négociant de Tarbes, pour 7080 F d'un terrain à bâtir situé à Tarbes rue Père de 1 490 m2 dans les minutes du notaire DEVLLE le 01/06/1868, enregistré le 3.

Dominique décède à Tarbes le 13 oct 1870. Le partage de ses biens est effectué le 27/10/1870 sous seing privé et enregistré le 21/04/1871. La succession est payée le 21/03/1871 (3Q3604 mutations par décès'n°l31) et le 08/04/1873.

Une délibération du conseil municipal de Tarbes datée du 25/03/1918 (1D1/31) expose le

souhait du conseil d'acheter à M. Thévenot, acquéreur du Parc Berrens pendant la première

guerre, le dit parc de 1,18 hectare pour 179 000 F, qui accepte de rétrocéder l'immeuble à la

ville.

Une délibération du 07/12 de la même année baisse le prix de vente à 175 000 F. La vente a

lieu le 10/10/1919 devant Me Cazenavette.

Le Parc Berrens prend le nom de Parc Laurent Tailhade avant le 29/07/1932.

(on aménage le premier court de tennis couvert en 1932. Le parc est actuellement transformé

en plusieurs courts de tennis.

Son nom de « Parc Berrens » est donc principalement dû au fait que ce terrain ait appartenu à la

famille Berrens pendant près de 60 ans (de 1863 à 1917).

L'actuelle médiathèque Louis-Aragon de la communauté d'agglomération du Grand Tarbes,

inaugurée en 1972, dont le 5 ème étage est consacré à la conservation des archives anciennes

et modernes de la ville de Tarbes, est construite sur ce terrain.

Pour Info, les Berrens, famille notable de Horgues, dont l'héritière fut la veuve (en premières noces) de BARRERE, notaire de la baronnie de Barbazan, vers 1700, et dont le fils du second lit porta le nom de sa mère et assura une descendance. Nous y trouvons de l'alliance avec les DESCARRÉ, (notaire) de Bordères.

PROPRIETAIRES SUCCESSIFS (archives du service de l'Urbanisme de la ville de Tarbes).

Jean François Narcisse Darrieux a acquis cet immeuble par la succession du vicomte Jean Antoine Marie Père décédé célibataire à Tarbes en 1846, immeuble qu'il avait lui même acheté 30 ans auparavant, (voir catalogue exposition Vies et Visages, 2003, « familles Père et Darrieux » ou 493 W22).


Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Un coin du parc.

Le mur d’entraînement des tennis.

Le médiathèque.

Vue du parc depuis la médiathèque.

Un dimanche à Tarbes.

Le Parc Berrens.

C'est l'ancien nom de cette large bande de terre entourée de lauriers qui va de la Rue Théophile-Gautier à l'ouest à la Rue André-Fourcade à l'est et par la Rue Jean-Larcher au sud et le Jardin Massey au nord.


Il comporte en partant de la Rue André Fourcade vers la rue Théophile Gautier :

La médiathèque Louis-Aragon

2 Terrains de boules

Le Club-House de l'U.A.T.

6 courts de tennis en Terre Battue

1 Mur d'entraînement

Le parc a une surface  de 11 845,78 m2

Son nom de « Parc Berrens » est donc principalement dû au fait que ce terrain a appartenu à la famille Berrens pendant près de 60 ans (de 1863 à 1917).


Le Parc est vendu en 1917 à M. Thevenot par les héritiers Berrens.

En 1917 il y a eu un projet d'aménagement du hangar (ancienne pisciculture) du jardin Massey en écuries-remises pour les chevaux du service de la Voirie de Tarbes.

Le parc est acheté à M. Thevenot en 1919 par la municipalité dans le but d'agrandir le Jardin MASSEY.

En 1921 on démolit toutes les constructions existantes

M. Arrou demande l'autorisation d'y organiser un service d'attractions pour enfants consistant à la mise en circulation de voiturettes tirées par des chèvres et de se servir de l'ancienne pisciculture comme buvette et vente de gâteaux.

En 1922 les locaux de l'ancienne pisciculture de la Société l'Union sont récupérés par la municipalité et restaurés.

En 1923 on décide de créer un court de tennis en terre battue.

M. Arrou crée également cette année-là le Théâtre de la Nature c'est ni plus ni moins qu'un théâtre en plein air.

En 1924 création d'un second court de tennis

En 1932 par adjudication la municipalité récupère la buvette, jeux de tennis et théâtre de la Verdure du Parc Berrens

Courant 1932  on le baptise Parc Laurent Tailhade (Laurent Tailhade, né à Tarbes, est un polémiste, poète).

En 1934 on décide d'éclairer le parc.

En 1951 Construction de 2 courts de tennis supplémentaires  au Parc Laurent-Tailhade

En 1951  l'UAT  Union Athlétique Tarbaise Section Tennis est autorisée à occuper les terrains, à en assurer l'entretien et à les laisser à disposition des scolaires les jeudis et dimanches de 7h à 12h et de 14 h à 17 h.

En 1972 Inauguration de la Médiathèque Louis-Aragon

En 1974 Parc Laurent-Tailhade - Construction de deux nouveaux courts de tennis (six au total).


Le club-house des tennis

Il reste encore des arbres centenaires au milieu des tennis.

Le bâtiment de l’ancienne pisciculture (abandonnée en juin 1909) est devenu une salle de jeux avec des tables (belote tarot etc) pour un foyer du 3ème âge pour l'association Massey -Fourcade et pour le Club Bouliste Tarbais Section Boule lyonnaise (la longue).

Le terrain de boules lyonnaises était un ancien bassin pour les poissons. Il y en avait également un deuxième qui a été comblé


Le boulodrome (pétanque traditionnelle) et sa fresque.

Projet de construction du théâtre de la Nature.

Projet 1917 d'aménagement du hangar (ancienne pisciculture) du jardin Massey en écuries-remises.