Accueil. Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Une rapide construction

à Soulom

Si vous traversez le village de Soulom, impossible de ne pas remarquer la très ancienne église de Soulom (XIIème siècle). Elle est l'objet d'une légende que nous nous proposons de vous raconter :

L'église de Soulom en 1835 par Jacottet.

La chapelle de Bédouret (commune de Beaucens) est aujourd'hui en ruines. C'est un lieu très agréable de promenade (La Passade, Bédouret, Chambre d'eau...). Bédouret est un nom qui veut dire : endroit planté de bouleaux.

La vierge de Bédouret (XIVème siècle), en bois polychrome, provenant de l'ancienne chapelle, est visible dans l'église Saint-Vincent de Beaucens.

Peu de témoignages sur la chapelle de Bédouret, mais nous avons tout de même retrouvé ces deux descriptions :


1830 par Vaysse de Villiers (Description routière et géographique de l'Empire Français) : « Au-dessus de Beaucens est la chapelle de Bédouret confiée, de temps immémorial, au soin de trois femmes, qui se sont consacrées à la vie solitaire, et qui se perpétuent par des aggrégations successives, sans voeux ni statuts. Les femmes des villages environnants les visitent aux fêtes de Notre-Dame. Il est curieux de les voir, après des exercices de piété, se répandre confusément dans une prairie contigüe à la chapelle, et manger, dans ce commun gynécée, du beurre, du fromage et des fruits qu'elles ont apportées." »


1862 par Alphonse Joanne (Itinéraire Général de la France) : « A 2 km. au nord-est de l'église de Soulom, sur le versant oriental de la vallée s'élève l'ermitage de Notre-Dame de Bédouret, confiée naguère à trois femmes qui se succédèrent sans voeux ni statuts ».

Quelques images anciennes :

Sur la route de Beaucens, au fond la gorge de Cauterets.

Le château de Beaucens en 1835 (par Jacottet), devenu le « Donjon des Aigles ».

La légende raconte que cette église fut bâtie en même temps que la chapelle de Bédouret située à une demi-lieue, au-dessus des ruines du château de Beaucens, par deux maçons liés d'une étroite amitié. Ils étaient si pauvres qu'ils ne possédaient qu'une seule truelle. Ils se la lançaient à tour de rôle à travers la vallée et la Providence qui veillait sur eux permit que, pas une fois, elle ne manquât de se placer entre les mains de celui auquel elle était destinée et les deux églises s'élevèrent simultanément avec une grande rapidité.

Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".