Le Stade Jules Soulé à Séméac

Accueil. Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

A Séméac, en allant vers Sarrouilles (avenue des sports), nous longeons le vieux stade de rugby où l’ancêtre du TPR, le stadoceste tarbais, connut ses heures de gloire. C’est donc là que beaucoup de spectateurs ont connu leurs plus belles émotions.

Le stade est à l’abandon et, depuis plusieurs années, des projets de démolition sont dans les tuyaux. C’est pour cela que nous avons pris ces quelques clichés en 2011. Il y aurait eu pourtant de quoi faire un joli terrain de sports, mais le problème est qu’il est situé dans une zone pavillonnaire avec très peu de places de parking, ce qui est indispensable de nos jours.

en 1911

en 2011

La billetterie

L’accès aux tribunes

L’affichage. On devine encore le nom « stadoceste tarbais » sur le panneau vert de composition des équipes.

Asseyons-nous quelques minutes.

Le « planchot » pour afficher les scores.

Le vestiaire arbitre

Les douches joueurs

Le long couloir d’accès au terrain

Chaussure oubliée

voir d'autres photos de stade Jules-Soulé à la grande époque de Pipiou. Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Le stade a été construit en 1907 et portait le nom d’un ancien joueur « Jules Soulé », devenu Président du club et principal mécène. Le stadoceste y a joué jusqu’en 1970 avant de déménager à Trélut. Le « Grand Tarbes » en est devenu propriétaire en 2004 avant de le revendre à la commune de Séméac en 2011. On ne sait pas ce que deviendra le site et si, un temps on pensait à une maison de retraite, il semble qu’on se dirige vers une résidence avec espace vert. Espérons que le nom « Jules Soulé » soit conservé.

Jour de match au stade Jules-Soulé, vers 1965. Observez les pompiers dans une nacelle, au-dessus de la tribune de gauche.