Tarbes : l'usine à gaz
Accueil. Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

L’usine à gaz

à Tarbes (détruite en 1961)

Dossier réalisé par Daniel Mur (textes et documents) avec, comme toujours, l’aide précieuse des Archives Municipales de Tarbes.

Principe

Le principe est le suivant : une usine à gaz est constituée d'un immense bâtiment sans fenêtre, contenant un ensemble de fours continus, construit en brique réfractaire à bas de silicium. Une chambre de distillation peut contenir 10 tonnes de houille. Ses parois sont parcourues par une série de canaux dans lesquels on fait circuler des gaz surchauffés provenant d'une combustion séparée du coke. C'est à 300 °C qu'apparaissent les premières vapeurs mais la température de régime donnant le meilleur rendement se situe entre 1 000 et 1 100 °C. À mesure que la houille se distille, le coke se concentre dans le bas du four. Il est récupéré périodiquement, tandis qu'une nouvelle charge de houille vient compléter l'espace de venu libre, en haut de la chambre de distillation. La chambre de distillation contient alors un gaz jaune vif. Ce gaz est soumis alors à une longue suite de traitements à l'issue desquels sont récupérés, le goudron et le benzol, de la naphtaline (hydrocarbure solide), l'ammoniac sous forme de sulfate d'ammonium (utilisé comme engrais), l'hydrogène sulfuré. À la sortie, il ne reste plus que le gaz ( source Wikipedia).

C'est Gay-Lussac le premier qui découvrit la dilatation des gaz et celle de leurs combinaisons. Toutefois c'est par la découverte d'un gaz obtenu par « distillation » (en fait une pyrolyse) de la houille, aux alentours de 1800, et les recherches et inventions conjuguées du français Philippe Lebon, de l'anglais William Murdoch que le gaz s'affirmera comme moyen d'éclairage industriel, public et ensuite privé.


Construction de l’usine de Tarbes

A la fin du 19ème siècle à Tarbes, comme dans de nombreuses grandes villes, on construisit des usines à Gaz afin d'alimenter les villes. C'est en 1861 (le 5 Janvier) que l'on décide de sa construction. On retrouve dans les délibérations du conseil municipal certains actes qui attestent qu'en 1870 l'usine est déjà construite (la grande tour ne sera construite qu’en 1930). L'usine est tenue par la  Compagnie du Gaz (voir plan de 1883 ci-contre).

Utilisation du gaz

On rentre dans l'ère industrielle c'est une véritable révolution pour tout le monde. Les premiers travaux à effectuer sont la pose des canalisations pour alimenter toute la ville. On trouve dans les délibérations du conseil municipal de la ville de Tarbes de 1861 les travaux à effectuer pour la pose des canalisations et simultanément la pose des lanternes et candélabres pour l'éclairage urbain. On trouve également nombre de pétitions d'habitants qui désirent faire installer un ou plusieurs réverbères dans leur quartier quelques années plus tard.

Il y a même à l'Arsenal une demande de bec de gaz par M. Le colonel Reffye en 1872.

Dès l'arrivée du gaz dans les villes, les ménagères ont pu également faire la cuisine avec ce nouveau combustible plutôt que le bois et on a pu également chauffer les appartements ou les maisons (ci-dessus des dessins de cuisinières à gaz).

Les bâtiments publics peuvent être également chauffés par le gaz. Exemple d'une demande de 1881 de M. Caton propriétaire du Théâtre (place au Bois).

APPROVISIONNEMENT - Etant donné qu'il faut du charbon pour faire fonctionner les usines, celle de Tarbes s'implanta tout naturellement près de la gare des chemins de fer sur l'actuel terrain de  E.D.F.-G.D.F. (rue Alsace-Lorraine, ENEDIS actuellement).Une voie de chemin de fer venait directement de la gare coupait la rue de la Petite Vitesse (rue Robert Destarac) pour rentrer dans l'usine à gaz et alimenter en coke.

Un nouveau métier : allumeur de réverbères

Dès tombée de la nuit, l'allumeur de réverbère parcourait les rues muni d'une perche de bambou de deux mètres de haut. Son travail consistait à ouvrir le carreau du réverbère pour déclencher l'arrivée du gaz et à l'enflammer afin de donner une flamme jaune qui éclairait la rue. Les réverbères à gaz étaient fixés sur des mâts en fonte ou des consoles murales. Le long bâton de l'allumeur de réverbères était muni d'une griffe et d'une lampe à alcool. La griffe servait à ouvrir le robinet de gaz qui était tenu hors de la portée des passants; la lampe à alcool avait pour but d'allumer le gaz. Dès l'aube, il effectuait le même parcours pour éteindre les réverbères.

Fleurissent également sur les immeubles des panneaux émaillés « Gaz à tous les étages ».

COMBUSTIBLE - Le principal combustible pour faire fonctionner l'usine est le charbon. Le coke est un combustible obtenu par pyrolyse de la houille dans un four à l'abri de l'air ; ces fours sont regroupés en batteries dans une usine appelée cokerie.

Après 1961

Le passage du gaz de houille au gaz de ville a fait créer à partir de 1961 de nouvelles entreprises telles que « Gaz Service » pour transformer les chauffe-eau afin qu'ils puissent fonctionner au nouveau combustible.

L’emplacement de l’usine à Gaz de Tarbes aujourd’hui (clichés 2016) :

L’entrée rue Destarac. C’est par ici que rentraient les wagons de charbon.

La façade de la rue Alsace-Lorraine.

Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Septembre 1961 : fin de l’usine de Tarbes

En 1956, avec les découvertes du gaz naturel de Lacq, cette usine comme d'autres est appelée à disparaître. Elle aura vécue presque un siècle. C'est courant 1961 que l'on procède à son démantèlement (depuis 1958 Tarbes était alimenté en gaz naturel de Lacq). L'entreprise Nabarra de Bordeaux spécialiste des grandes démolitions est retenue pour procéder à la démolition. L'opération se fait en plusieurs étapes dont la première est de démolir les fours de 35 tonnes. L'entreprise se servait d'un ancien char pris aux allemands de la guerre 39-45 pour tirer les poteaux et pour déblayer les gravats.

On trouve dans la presse de l'époque quelques photos de la démolition :

Octobre 1961 : le drame

Vendredi 13 Octobre 1961 : On doit démolir ce jour-là une tour de 400 tonnes, la presse ainsi que les officiels sont évidemment conviés à cette opération : directeurs, sous directeurs, ingénieurs, techniciens, chefs de service de E.D.F… C'est une tour de 32 mètres et de 400 tonnes construite en 1930 que l'on appelait « la tour de l'usine ». Elle servait de monte charge pour alimenter en coke le château d'eau de l'usine. La démolition se fait comme nous l'avons dit par l'entreprise Nabarra composée de 3 personnes

Le chef de chantier Jacques Milland et les 2 ouvriers Alexandre Morenau et Christian Dumas. Vers 16 heures, les 2 ouvriers s'attaquent aux armatures metalliques des piliers en béton qui soutenaient l'édifice. A l'aide de chalumeaux, ils sectionnent les ferrailles de 6 piliers sur les 9 que comptaient bâtiment. Des câbles furent alors accrochés aux piliers cisaillés et au char qui devait permettre grâce à la traction le sectionnement des piliers restants. Le char s'ébranla mais sous la force de la traction, un filin céda.

Il était 17h 45. M. Milland et M. Monereau décident d'attaquer les piliers de soutien restants au marteau-piqueur. 18 h : pendant qu'ils attaquaient le pilier central au marteau-piqueur, la tour rompit son équilibre et s'effondra sur les 2 ouvriers.

On prévint les pompiers qui arrivèrent immédiatement M. Milland fut tué sur le coup. Quant à M. Morenau, il n'eut que de multiples et douloureuses contusions ainsi que des blessures superficielles. On réussit à le dégager vers 18h 45 et il fut conduit à l'hôpital. Le préfet Mac-Grath, averti de l'accident, prit la décision de faire appel à l'entreprise Raymond Castells pour extraire le corps sans vie de M. Milland. Il fallut se servir de la grande grue routière de la S.N.C.F. pour lever les poutrelles enchevêtrées. Participèrent également au périlleux déblaiement : les ouvriers de l'Arsenal, un détachement de parachutistes, les pompiers et les agents du commissariat de Tarbes. C'est à 21h 45 que le corps sans vie de M. Milland fut enfin dégagé et transféré à la morgue.

Dégagement du survivant.

Documentation complémentaire

Vous possédez des documents, des photos, des anecdotes sur l’usine à Gaz de Tarbes ? Comme Michèle, que nous remercions, n’hésitez pas à partager vos témoignages en nous écrivant à loucrup@orange.fr