Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre". Accueil.

Le camp fortifié

de Lanne

Voilà ce qu'écrit J.-P. Picquet en 1832 dans « Voyage aux Pyrénées Françaises » :

« Après avoir parcouru la plaine de Lanne-Mourine (Landes des Mores), dont la tradition fait le théâtre d'une sanglante action où les Sarrasins d'Espagne auraient été taillés en pièces, la même tradition place dans ce même lieu des mines d'or dont on a perdu la trace. Peu recherchée des habitants, on voit dans cette plaine quelques éminences élevées avec des terres rapportées. Il en existe une à Lourdes, à peu de distance de la ville, connue sous le nom d'Averton, étymologie perdue. Ces monuments appelés tumuli sont-ils celtiques, ou consacrés par les peuples du nord qui ont séjourné dans ces contrées? On a trouvé dans ces éminences, des haches, des flèches, des fragments d'ossements. Le peuple, qui change rarement son langage, conserve une origine commune dans beaucoup de dénominations, mais dénaturées par les différentes manières dont elles sont prononcées, elles sont perdues pour les historiens. »

Evidemment, si vous retrouvez les mines d'or, contactez-nous, nous vous aiderons à porter les sacs...



Voilà ce qu'écrit l'instituteur de Lanne en 1887 à propos de l'histoire de son village :

« En l'année 732, les Maures ou Sarrasins y firent irruption et le détruisirent en grande partie. Mais bientôt après, ils furent eux-mêmes attaqués et vaincus complètement par une armée de paysans, venus des plaines de l'Adour et de l'Echez et commandés par le brave Mesclin, prêtre en résidence à Tarbes et natif d'Arcizac-Adour. Il y eut sur la plaine qui se trouve entre Ossun et Lanne un combat sanglant où les Sarrasins furent défaits. Les cadavres, ajoute la tradition, couvraient une partie de cette plaine qui depuis ce moment n'est désignée que sous le nom de Lannemorine (Lande des morts). Les survivants s'établirent alors tout à fait à la partie orientale des territoires, à une égale distance de Bénac et de Louey dont ils pourraient être rapidement secourus en cas de nouvelles attaques de la part des infidèles, mais ceux-ci ne reparurent plus. Aussi les habitants jouirent-ils d'un repos bien légitime dont ils profitèrent pour s'occuper de leurs nouvelles installations. Malheureusement, de nouveaux troubles agitèrent le pays vers le Xe siècle. Les comtes et les ducs qui se succédèrent en Bigorre eurent tous l'humeur belliqueuse et même aventurière. Pendant la guerre de cent ans, les Anglais, maîtres des forteresses de Barry et de Lourdes, se montrèrent très vexants. Les habitants de Lanne et des communes environnantes, qui avaient le plus à souffrir de la présence de l'étranger, se réunirent au duc d'Anjou, frère de Charles V. Leurs efforts combinés n'eurent pas de résultat décisif ; mais le succès fut largement complété quelques années plus tard, en 1406 par le vaillant capitaine Jean-de-Grailly. Les guerres de religion, quoique moins aigües qu'à Tarbes, à Rabastens et à Trie, furent un objet de terreur pour les habitants de cette contrée. La plupart abandonnèrent leurs terres et leurs maisons et s'enfuirent en Espagne. Enfin, vers le dix-septième siècle, le village put reprendre ses travaux champêtres abandonnés ou négligés. Le marquis de Rotelin, qui y vivait à cette époque, avait le droit de suzeraineté sur les habitants ; mais il dépendait lui-même de la seigneurie de Barry. Le dernier Rotelin se vit forcé de vendre l'ancien manoir de sa famille et de se retirer en Espagne. »

Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

De la RN 21 (entre Tarbes et Lourdes) on voit à l'ouest, couronnant un coteau, le camp fortifié de Saint-Roch (ou Crouéou).

Ce site a été fouillé au XIXe siècle par Vaussenat, directeur de l'observatoire du Pic du Midi.

Les travaux entrepris lors de l'établissement du CD 16 ont permis de mettre au jour ce qui peut être une ancienne hôtellerie et des tessons datant de l'âge du bronze.

La chapelle Saint-Roch (juste à côté du stade de foot du Marquisat) et au fond l'oppidum du Crouéou.

Le site de la chapelle est très agréable et l’ensemble recèle des trouvailles archéologiques qui ont pour l’instant été peu exploitées. Tout cela pourrait être détruit un jour car un projet d’hôpital commun Tarbes-lourdes est évoqué à cet endroit précis.

Une tradition indique que Lanne fut le théâtre d'un combat au cours duquel les Maures furent défaits par les Bigourdans, menés par le diacre Misselin (ou Mesclin), sur la plaine de l'actuel aéroport TLP.

En 733, Gascons et Bigorrais apprennent la déroute des Arabes à Poitiers. Ils les accueillent, dès leur retour de Poitiers, par une révolte générale, et, conduits par le prêtre Misselin (ou Mesclin), lors de la bataille de Lanne (le 24 mai 733 pour être précis !), ils les refoulent au-delà des Pyrénées.

En savoir plus sur Misselin.