Luz-Saint-Sauveur : la chapelle Solferino

La chapelle Solférino

à  Luz-Saint-Sauveur

Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre". Accueil.

Voici une promenade fréquentée par les visiteurs de Luz-Saint-Sauveur.

La chapelle est située sur un promontoire accessible à pied depuis le centre, mais elle est un peu moins visible de la ville de Luz que le château Sainte-Marie.

On peut partir du centre-ville et suivre le circuit « promenade Napoléon III et Eugénie » qui vous fera découvrir la chapelle Solférino, le Pont Napoléon et le hameau de Saint-Sauveur et ses thermes.

Quand vous passez à gauche du cimetière de Luz, il ne reste plus qu’une dizaine de minutes de marche .

La chapelle date de 1859. Elle est contemporaine du Pont Napoléon.

Elle est nommée Solférino en mémoire de la bataille de Solférino qui a eu lieu le 24 juin 1859 durant la campagne d'Italie. Pendant un voyage d'affaires en juin 1859, Henry Dunant se trouve à proximité de la ville italienne de Solférino et découvre les dégâts humains de la bataille qui s’y déroula. À partir de cette expérience, il écrit un livre intitulé « Un souvenir de Solférino » qu'il publie en 1862. Une année plus tard, il participe à Genève à la fondation du Comité international de secours aux militaires blessés, désigné dès 1876 sous le nom de Comité international de la Croix-Rouge.


Le site de la chapelle est splendide. On peut pique-niquer sous les arbres en contrebas ou profiter des nombreux bancs pour admirer le paysage.

Devant l’entrée du porche, on peut lire : N.E pour Napoléon et Eugénie.

Astuce : soulevez la petite ouverture et vous pourrez jeter un coup d’œil sur l’intérieur de la chapelle.

Très belle vue sur Luz. C’est aussi un des rares endroits de Luz où on peut voir le Pic-du-Midi :

Très belle vue sur Saint-Sauveur également :

Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Juste à côté de la chapelle, voici la colonne érigée en 1861.

La colonne

Ces inscriptions nous rappellent que nous sommes sur le site d’un ancien ermitage dédié à Saint-Pierre.

Il existe également une légende qui relie la chapelle au château Sainte-Marie. Voici la légende : Il y a très longtemps, un bandit habitait dans le château au-dessus de Luz. Il tuait, assassinait et ne gardait aucun prisonnier à nourrir. Seule une de ses victimes a eu la vie sauve, il s’agissait de Marie, une belle jeune fille d’Arcizans que le méchant homme voulait pour femme et qu’il retenait prisonnière au grand dam de son amoureux Pierre (les moeurs étaient dures en ce temps là !). La Vierge apparut à la jeune fille qui fut délivrée du tyran, emportée dans le ciel par une douce lumière blanche. Pierre, qui voulait attaquer le château avec une fronde, fut inconsolable. Il se retira en ermite sur la colline où se dresse aujourd’hui la chapelle Solférino et qui a longtemps porté le nom d’ermitage Saint-Pierre.