Montgaillard, comme d'autres villages des Pyrénées, a connu au moyen âge et jusqu'au XIXe siècle une race maudite dont l'origine reste mystérieuse. Ces parias vivaient parqués dans un quartier spécial. A Montgaillard, c'était au nord du village dans des rues qui s'appellent aujourd'hui « rue des cagots » et « rue des charpentiers ». Si l'origine des cagots reste incertaine (on a parlé des descendants de peuples vaincus, comme les Sarrasins ou les Wisigoths), ils ont ensuite étaient assimilés aux lépreux et aux pestiférés. Pour éviter que se transmette leur éventuelle maladie, les cagots étaient cantonnés dans les métiers du bois (bûcherons, charpentiers), car on pensait que le bois ne transmettait pas de maladies. Le mot cagot ne vient pas de « chien de goth » comme on peut lire ça ou là, mais de la racine « cac » qui signifie sale ou laid (caca, cacophonie). En occitan, aller aux toilettes se dit « caguer ». Si le terme « cagotz » n’apparaît qu’en 1551 dans « fors et coutumes du Béarn », leur existence semble être citée bien plus tôt sous la forme « Christianum (Lucq de Béarn, an 1000), Gafo (Navarre 1155), Chrestiàas (Gaston VII de Béarn 1288), Gahed (Testament de Pierre Amanieu 1300) (Les cagots, histoire d’un secret de René DESCAZEAUX).

Accueil. Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

Michel Francisque, en 1847, parle des cagots de Montgaillard dans « Histoire des races maudites de la France et de l'Espagne » :  

«  A Montgaillard, sur la route de Tarbes à Bagnères, il y a encore des cagots et en assez grand nombre. Ils habitaient autrefois un quartier qui porte toujours le nom de quartier des charpentiers ou des cagots. La porte par laquelle ces parias devaient entrer dans l'église existe encore avec leur bénitier, au couchant de cet édifice ; mais elle est murée (ndw : il semble qu'ici l'auteur parle de l'ancienne église de Montgaillard). Une partie du cimetière leur avait été assignée, et on continue à les y enterrer ; mais il est à croire que cela tient plutôt à l'usage établi qu'à toute autre cause, usage qui consiste à inhumer autant que possible chaque individu auprès de ses ancêtres. Au reste, les habitants de Montgaillard n'éprouvent aucune répugnance à s'allier avec les cagots. »

La fontaine, aujourd'hui fermée, rue des charpentiers à Montgaillard.

Le lavoir de la rue des cagots à Montgaillard.

Un petit bénitier encastré dans le mur de l'église de Montgaillard, et qui pourrait avoir été celui des cagots.

Lourdes - procession de cagots sur les bords du Lapacca

Afin qu'on puisse s'écarter d'eux, les cagots étaient tenus de se signaler au public par la marque très apparente d'une patte d'oie sur leur vêtement. Ils devaient agiter une claquette afin qu'on les entendent arriver. Les cagots ne pouvaient se marier qu'entre eux, aussi pour éviter la consanguinité, l'homme allait chercher une femme dans une autre communauté de cagots plus ou moins proche. Les cagots avaient une porte spéciale pour rentrer à l'église, de même que leur propre bénitier. Ils disposaient dans le village de leur fontaine et de leur lavoir. Même morts, on ne mêlait pas les cagots aux autres personnes dans le cimetière. Bien souvent, on remarque que les cagots étaient séparés des autres habitants par un ruisseau ou une eau courante. Ils ne pouvaient entrer au moulin pour moudre leur blé, ils ne pouvaient posséder ni terres ni bestiaux.. Ils ne pouvaient ni jouer ni danser avec les autres. Il fallait le témoignage de 7 cagots pour balancer celui d’un autre sujet.

L'hebdomadaire « Point de vue, Images du Monde » publia en 1962 un reportage assez pathétique intitulé « Avec les derniers cagots ». C'est un témoignage édifiant sur les préjugés dont étaient victimes les Cagots, même au XXe siècle... à lire ci-dessous :

Revenir à la page "Lieux et légendes en Bigorre".

On parle également des cagots de Bigorre dans un libre très ancien de 1783 appelé "De la lecture des Livres François :

« C'est dans le Bigorre que l'on trouve une espèce de peuple dont l'origine a, même de nos jours, donné lieu à de grandes dissertations. On les appelle Cagots, Capots, ou quelquefois Gahets. Ils sont très bons chrétiens et catholiques, honnêtes gens, travaillant bien, toujours du métier de charpentier ou tonnelier. Ils ne parlent aucune autre langue que celle du pays, sont beaux, bien faits, et paraissent sains et robustes : avec cela on ne comprend pas pourquoi ils sont fuis de tous les autres habitans, qui ne veulent avoir avec eux aucune communication, si bien qu'ils ne peuvent vivre ni se marier qu'entre eux. Les curés sont même obligés de leur donner une place particulière à l'église. Ils y assistent, hommes et femmes, à tous les Offices divins, mais sans aucune communication avec le reste des paroissiens. Ils font leurs dévotions à part et à d'autres heures. Thevet et Belleforet, auteurs du seizième siècle, ont été dans l'opinion reçue de leur temps, que ces gens étaient « infects et puans », qu'ils naissaient ladres, ou qu'ils le devenaient aisément ; de sorte qu'il était dangereux de les fréquenter. Mais M. de Marca, Historien du Béarn, également estimé pour son érudition et ses lumières, réfute toutes les opinions de Belleforet : il convient qu'autrefois ils ont pu être lépreux et puans ; mais il soutient qu'aujourd'hui ils ne sont plus ni l'un ni l'autre ; il pense que ce sont des restes des Sarrasins, qui, après avoir conquis l'Espagne, traversèrent les Pyrénées, passèrent en France, s'y établirent et furent vaincus par Charles Martel. Quelques-uns d'entre eux n'ayant pas pu ou voulu rentrer en Espagne, ils s'établirent dans le Béarn et le Bigorre, et se firent baptiser : mais on les soupçonna d'être chrétiens de mauvaise foi, et d'ailleurs d'être ladres, et de ne s'être fait baptiser que parce qu'ils croyaient que cette sainte ablution les guérirait de leur maladie : d'ailleurs les vieux Chrétiens les sachant circoncis, s'obstinaient à croire qu'ils étaient toujours Juifs ou Mahométans dans l'âme. »

Conclusion : Avec notre état d'esprit actuel, on aurait vite fait de s'offusquer sur la façon dont étaient traitées ces personnes. A y regarder de plus près, on peut se demander si nos sociétés n'ont pas besoin de la présence de marginaux et de rejetés. Cela conforte tous les autres dans la normalité. Les cagots et leur appellation ont peut-être disparu, mais ne trouve-t-on pas des rejetés de nos jours, sous une autre forme ?

Pourquoi une patte d'oie, emblème des cagots ? Une réponse possible nous est donnée dans le livre « Argelès et ses vallées » par Henri d'Agrain vers 1930 :
« Au nombre des règles infamantes imposées jadis aux cagots, figurait l'obligation de porter une patte d'oie sur leurs habits. D'où pouvait provenir pareille injonction ? La forme de ce symbole est trop étrange pour avoir été choisie et imposée sans raison. M. Norbert Rosapelly a avancé que le choix de cet emblème a été établi de par sa ressemblance avec la feuille de figuier, appelée aussi « pé d'auquérau » en gascon (pied d'oison). Le figuier, arbre maudit par le Christ (Math. XXI, versets 18, 19, Marc XI, versets 12, 21) était digne de stigmatiser ces condamnés : il symbolisait la malédiction qui pesait sur eux. En second lieu, cette feuille de figuier indiquait la valeur curative de son suc, préconisé par l'ancienne thérapeutique comme le remède scientifique contre la lèpre... Et remarquons que les auteurs de guides et notices relatives aux Pyrénées n'ont pas dû beaucoup approfondir la question, pour avoir tous mué cette patte d'oie en patte de canard, emblème dépourvu de signification. »

Sur les 475 communes des Hautes-Pyrénées, 12 ont des habitants qui portent un sobriquet rappelant le temps des cagots :
    Aucun : « Cagots »

    Bun : « Cagots de Bun »

    Cabanac : « Ahumats de Cabanac », enfumés, souvent synonyme de cagots.

    Esquièze-Sère : « Ets ahumats »

    Ferrières : « Ets coulès de Herrera », les cagots de Ferrières

    Guizerix : « Cagots »

    Hachan : « Cagotaille de Hachan »

    Lanne : « Cagots de Lanne » autrefois, « Ets Anglès de Lanne » aujourd’hui.

    Larroque : « Capotaille de Larroco »

    Lutilhous : « Ets dera aoucat », ceux à la patte d’oie

    Orleix : « Cagoterio d’Ourlech », cagoterie d’Orleix

    Ossun-ez-Angles : « Cagots »

Les cagots à Montgaillard

et dans les Hautes-Pyrénées

Les images de cette page sont régulièrement utilisées sur d’autres sites, dans des journaux et revues et même dans des émissions de télé. Merci de nous demander l’autorisation (loucrup@orange.fr)

Portrait de cagot.
Huile sur carton de Henri Borde (1888-1958). Musée Massey à Tarbes.

Voici sur cette carte les communautés de cagots qui ont été recensées dans les Hautes-Pyrénées.

Lourdes. Val d'Azun. Landes. St-Savin - Argelès. Campan-Asté. Cieutat-Lannemezan. Bagnères. Cauterets-Luz. Juillan-Vic. Arreau.

< Cliquez sur ces boutons !

Voir aussi des photos :

^

Cliquez sur ces boutons !

Photo de 1963